Archives mensuelles : mai 2009

Arcangues dimanche 28 juin 2009


Tacht’ Antes à Arcangues à 12h00
autour d’un Tacht’ Antes sympathique,
salle du Conseil (à côté du fronton)

Chacun apporte son couvert, ses serviettes, boisson et …un plat salé ou sucré (ou plus) qui sera mis en commun.
Pour ceux qui ne sont pas motorisés, un covoiturage pourra s’organiser.

Récital de chant lyrique à Arcangues à 17h00
dans la magnifique église d’Arcangues , récital exceptionnel de chants lyriques et accompagnement à l’orgue par Anaït DOUZIAN, Lauréate du Concours international Léopold Bellan 2006, soliste

Venez nombreux et diffusez l’information

Soirée Poésie 24 avril 2009


AGUR ARMÉNIE SE SOUVIENT …
94ème anniversaire du Génocide des Arméniens 1915 – 1918

Une soirée organisée par notre Association réunissait une soixantaine d’adhérents et sympathisants au Golf de Biarritz , vendredi 24 avril dernier.
Agur Arménie se devait et voulait ainsi honorer la mémoire des 1.500.000 Arméniens exterminés au cours du génocide qui débuta le 24 avril 1915 à Constantinople.
La conception, le choix des textes et la réalisation du programme de cette soirée reviennent à Tereza ARSHAKYAN , assistée de son mari Ara, pour la synchronisation et l’illustration musicale, et de Nazeli MARTIROSSIAN pour la chorégraphie.
Après un bref rappel de la genèse, du déroulement et des conséquences du génocide, l’hommage aux victimes fut rendu à travers un enchaînement de poèmes d’une grande intensité dramatique. Récitées tour à tour par une vingtaine de membres de l’Association, en Français et en Arménien , ces œuvres évoquaient la douleur et l’horreur bien entendu, mais aussi l’espoir, les qualités, le passé glorieux du peuple arménien, pour conclure sur son éternelle renaissance.
Choisie parmi les plus grands compositeurs arméniens, l’illustration sonore était d’une grande qualité.
Après une conclusion évoquant la renaissance de la nation arménienne à travers la République d’Hayastan et les diasporas du monde entier, l’assistance particulièrement émue, comme pendant toute la soirée, pouvait poursuivre l’évocation des souvenirs dans la chaleur de l’amitié, autour d’un buffet très sympathique.
Beaucoup, beaucoup d’émotion… Une grande et belle soirée… de Mémoire.

Allocution de Philippe der KHATCHADOURIAN le 24 avril 2009

LE GÉNOCIDE DES ARMÉNIENS
1 – LES FAITS
A l’aube du XXème siècle, l’Empire Ottoman a perdu l’essentiel de ses possessions territoriales en Europe au hasard des guerres contre les puissances continentales (la Russie, la France et l’Angleterre). Affaiblie par la gouvernance vieillissante du Sultan Abdul Hamid , la Turquie est, selon l’expression du chancelier de l’Empire russe,” l’homme malade de l’Europe “…
Elle va se ressaisir avec le concours d’hommes jeunes, porteurs d’idées nouvelles : les “jeunes Turcs “, qui prennent le pouvoir. L’élite arménienne adhère d’ailleurs à ce mouvement de pensée, d’inspiration socialiste ainsi qu’à cette volonté de réformes … Elle déchantera rapidement. En effet, l’objectif prioritaire des Jeunes Turcs est de resserrer la population autour du sentiment national turc exacerbé et de réduire les aspirations des minorités , chrétiennes notamment.. Parmi celles-ci , la plus importante : les Arméniens.
Le 1915 à 1918, le gouvernement “ jeune turc “ , aux commandes de l’Empire Ottoman, va mener une politique de pan-turquisme et d’islamisation forcenés qui se traduira par l’extermination de 1 500 000 Arméniens à travers massacres massifs et déportations , et la spoliation de leurs biens et de leurs terres.
En 1914 l’entrée en guerre de la Turquie aux côtés des empires Allemand et Austro-hongrois sera l’occasion de mettre en œuvre la solution finale de la “question arménienne”.
La solution finale en effet, car les précédents massacres de grande envergure : 300.000 victimes sous le sultan Abdul Hamid dans les années 1895/1897, 30.000 victimes à Adana en 1908 et combien d’autres encore, ces massacres n’étaient pas parvenus à réduire les Arméniens comme le souhaitaient les Turcs.
La guerre fournira le prétexte et permettra l’éradication des Arméniens à l’abri des regards indiscrets de leurs amis : la Russie, la France et la Grande Bretagne qui n’auront plus accès à la Turquie.
En Transcaucasie, les Arméniens prennent le parti des Russes. Dans l’Empire Ottoman, ils sont enrôlés dans l’armée Turque.
Suite à la défaite des Turcs, face aux Russes, pendant l’hiver 1914/1915 , les soldats Arméniens sont officiellement accusés de s’allier à leurs frères de Transcaucasie et de retourner leurs armes contre l’Empire Ottoman. Ils seront tous éliminés et leurs familles déportées.
Le 24 Avril 1915
2345 notables arméniens de Constantinople sont déportés et rapidement éliminés. C’est le premier acte du drame qui va se dérouler.
A l’initiative du Gouvernement turc et de ses ministres de la guerre Enver Pacha et de l’intérieur Talaat Pacha, commence la déportation des Arméniens de tout l’Empire vers les déserts d’Anatolie centrale de Syrie et d’Iraq.
Pillages, viols, sévices, massacres, actes de la pire barbarie accompagnent ces déportations et ne cesseront qu’à la disparition des derniers arméniens qui n’auront pu fuir en Transcaucasie ou vers l’occident.
Le ministre turc de l’intérieur Talaat Pacha avait adressé à ses préfets des instructions précises concernant l’organisation du génocide , clairement et froidement énoncées, comme en témoigne ce télégramme adressé le 15 septembre 1915 à la Préfecture d’Alep :
« Il a été précédemment communiqué que le gouvernement a décidé d’exterminer entièrement les Arméniens habitant en Turquie. Ceux qui s’opposeront à cet ordre ne pourront plus faire partie de l’administration.Sans égards pour les femmes, les enfants et les infirmes, quelques tragiques que puissent être les moyens d’extermination, sans écouter les sentiments de la conscience, il faut mettre fin à leur existence. »
MEDZ YEGHEN , la grande catastrophe ainsi que l’appellent les Arméniens , le premier génocide du XXème siècle est en marche …
Son organisation méthodique et les moyens utilisés pour une extermination de masse inspireront largement les nazis 20 ans plus tard lorsqu’ils mettront en œuvre la Shoah.
A cette époque le chancelier Hitler ne disait-il pas : ”Mais qui se souvient encore des Arméniens…”
Chaque année le 24 avril est l’objet d’une journée du souvenir tant en Arménie que dans les diasporas du monde entier … Ce soir nous nous souvenons…

2 – LA RENAISSANCE
Pour tragique qu’elle ait été, cette grande catastrophe a débouché sur un rayonnement universel de l’Arménie, à travers ses diasporas , ainsi qu’à la renaissance d’un état arménien après plus de 7 siècles de sommeil.
Petit peuple par le nombre, mais grande nation par leur culture trois fois millénaire, leurs épopées tragiques ou grandioses et leur sens du destin, les Arméniens sont toujours debout aux quatre coins du monde et en Hayastan, république d’Arménie, qui, tel le phénix renaquit de ses cendres dans le Caucase en 1918.
Notre commémoration de ce soir serait incomplète sans un hommage à la France qui a tant fait pour les Arméniens.
Si nous sommes toujours debout, c’est bien grâce à sa protection et à son accueil…
alors permettez-moi de lui dire en notre nom à tous :
« Merci à toi douce France, patrie des lumières Qui nous a recueillis au sortir des ténèbres … Sans jamais renoncer à notre arménitéNous nous retrouvons tous dans ta fraternité ».
.